Sébastien Van Malleghem

Sébastien Van Malleghem | VERSION AUGMENTÉE

Série Nordic Noir, Petite Maison, région Westfjords, Islande 2018

Ce jeune photographe a déjà plusieurs reportages salués par les critiques internationales à son actif. Son écriture visuelle incisive et sombre, associée à un engagement et une détermination indéfectibles.

Depuis 2008, il a produit des projets à un rythme presque vertigineux. Parmi eux sont Police 2008-2012, les aventures d’une équipe de nuit ; Prisons, une véritable immersion dans le système pénitentiaire 2011-2014 ; Les ruines du pouvoir, une incursion dans l’ère anarchique post-Gadaffi en Libye en plein état de guerre (2012) ; Le dernier refuge, ce concentre les junkies, les sans-abri et autres laissés dans les rues de Berlin ; et Deposito Temporal (2016), le métier des embaumeurs dans les morgues de la mégalopole de Mexico City. En 2017, Sébastien parviendra à effectuer un reportage à l’intérieur des centres d’internements pour criminels condamnés pour faits de moeurs, et considérés comme mentalement déficients, Asylum (2017), durant la même année, il témoignera du quotidien d’une association française Réagir venant en aide aux victimes de la crise sociale qui frappe le Nord pas de Calais, toxicomanes et personnes sans abris. Réagir (2016-2017). En 2018 le photographer commence une nouvelle série au long cours aux USA « The Shame of the Sun » là son regard se tourne vers la crise écologique et sociale que traversent différents états d’Amérique Centrale.

Nordic Noir, une série commencée en 2012, parallèlement à ses reportages, son style documentaire cède la place à une dimension plus poétique et introspective.

Captivé par les terres scandinaves d’une résidence en Norvège, Sébastien Van Malleghem a depuis avancé ses voyages du Danemark à l’Islande, en passant par la Finlande et la Suède. Le Nordic Noir est le récital visuel de ce voyage contrasté. Avec des paysages à couper le souffle et intemporels, des scènes de vie et des portraits sévères, la série est plus proche d’une constellation que d’une trajectoire linéaire. Dans l’explosion des émotions qu’est la série, le photographe trouve le juste équilibre entre le sublime et le banal, entre le grandiose et l’intime. Se penchant vers l’imaginaire en photographiant toujours le réel, l’oeil de Sébastien Van Malleghem reste vif et vif ; tout aussi bien quand le décor se prête à la pure contemplation, à l’exaltation des grands espaces, à l’expérience de la solitude où il capture une jeunesse insouciante et débridée qui se pose sans réserve devant l’objectif

01 janvier 2019 > 29 mai 2021
Sébastien Van Malleghem

Sébastien Van Malleghem a reçu de nombreux prix, dont le prix Bozar / Nikon Monography Serie 2015 et Lucas Dolega pour son reportage Prisons. Il a également édité les livres Police (2015, Editions Yellow Now, collection Angles vifs) et Prisons (2015, André frère Editions), sélectionné comme l’un des meilleurs livres photo de 2015 par TIME, plus tard en 2017 il publie « Réagir » et plus récemment son livre Nordic Noir (André Frère éditions) a été sélectionné comme l’un des 10 livres photo les plus captivants de l’année par le magazine indépendant américain « Mother Jones ». Son ouvrage Mexican Morgues publié par l’éditrice Française Photopaper recevra le prix HIP du meilleur livre catégorie société à Paris en 2019. Son travail en cours The Shame of the Sun est récompensé par le prix de la presse Belfius la même année.

Ses images sont régulièrement publiées dans la presse, dans le quotidien De Standaard (Be), TIME (USA), The NY Times (USA), The Washington Post (USA), en tant que contributeur indépendant, mais aussi dans De Volkskrant (Nl), De Morgen (Be) , Paris Match (Fr), Le Monde (Fr).

Nordic Noir fut exposée au sein de l’exposition collective Eyes Wild Open qui met en lumière les liens de filiation entre plusieurs générations de photographes pratiquant une veine intuitive, abrupte voire transgressive de la photographie. Initiée après la seconde guerre mondiale par les pionniers que sont Robert Frank, William Klein ou encore les fondateurs de la légendaire revue japonaise Provoke, cette photographie singulière a traversé le temps et son héritage demeure tout particulièrement prégnant dans la création actuelle. Van malleghem y est exposé parmis les maitres d’oeuvre du Noir et Blanc.

Facebook Twitter Partager