KATIA LECOMTE MIRSKY
arrow separator Version augmentée

KATIA LECOMTE MIRSKY | VERSION AUGMENTÉE

PERSPECTIVES ACTUELLES :

« Position du spectateur : si la performance artistique ou l’objet artistique est construit de manière à ce que le spectateur puisse intervenir émotionnellement. C’est-à-dire laisser un chemin, une porte où le spectateur puisse être acteur. Une ouverture qui lui permettra d’être magicien comme l’artiste. Ainsi le rapport hiérarchique entre l’artiste / le spectateur n’a plu de sens si l’objet ou la performance est un acte magique. Tous font parti du rituel, et participe à l’oeuvre. »
Extrait du livre RAISONANCES, une anthologie de Carl Abrahamsson.
Editions Camion noir

Cet extrait a été le point de départ du projet Sub Figura XX. J’ai ensuite élaboré une première version pour l’exposition collective «HUSH HUSH», chez l’artiste Hugo Bonamin, en juin 2019 à Bruxelles. Sub Figura XX01 est un espace d’environ 4m2, semblable à une grotte inondée de textures gluantes, colorées et animées par la vidéo-projection.
Le spectateur se retrouve au milieu de la grotte, il est invité à rester 30 minutes en immersion.
Il fait parti du décor et se crée son propre scénario en fonction des indices donnés.

Sub Figura XX est un espace intemporel où l’attention du spectateur est constamment perturbée par des images subliminales, des sons lointains, des chuchotements et des vidéos stroboscopiques.
Le spectateur découvre un scénario abstrait, on lui donne des informations, avec une partie manquante. Il est libre d’halluciner, et d’interpréter. Il peut alors intervenir émotionnellement, et devenir magicien comme l’artiste.

Sub Figura XX est écrit comme une partition. La création sonore est écrite en même temps que les images. Des formes gluantes et radioactives sont assignées à des sons inquiétants, industriels, et psychédéliques. Un cri lointain est assigné à un serpent qui surgit des profondeurs. Une forme qui circule de gauche à droite est assignée à un son qui circule lui même de gauche à droite.

Dans la construction de cette partition, le son et l’image se modulent avec une parfaite synchronisation. La vidéo est jouée en même temps que le son, grâce à une machine qui permet de séquencer les deux en même temps. La vitesse de l’image reprend le rythme du Bpm, l’ondulation d’une forme est modulée selon le delay ou la reverbération du son, le changement d’images est directement lié aux changements de notes, et l’opacité est synchronisée avec le débit.

Septembre > Décembre
KATIA LECOMTE MIRSKY

BIOGRAPHIE & DÉMARCHE ARTISTIQUE :
Née en 1991 à Paris, Katia Lecomte Mirsky vit et travaille sur Bruxelles. Après un cursus à l’École Nationale Supérieure d’Art de Nancy, elle intègre l’option cinéma d’animation à l’École d’arts visuels de La Cambre puis à l’École de Recherche Graphique à Bruxelles.
Elle est actuellement intervenante artistique aux Ateliers Indigo à Bruxelles où elle accompagne plusieurs artistes en situation de handicap dans leur projet audiovisuel.
Katia Lecomte Mirsky met en espace des vidéos et des créations sonores sur des supports sculpturaux, liées à l’organique radioactif et aux effets psychédéliques.
Ses vidéos sont des matières premières destinées à être altérées ou modifiées.
Elles n’ont pas de finalité définitive, elles s’entremêlent pour devenir un nouvel objet mutant et hybride, autant dans leur format de diffusion que dans leur esthétique.
Elle crée en 2018, le label audiovisuel 2Files 4Free avec l’artiste Daya Hallé.
Label destiné aux projets collaboratifs entre artistes plasticiens et musiciens, ce qui donne lieu à de multiples expérimentations. 2F4F étend ses recherches au-delà du cloisonnement de la vidéo et l’intègre au sein de multiples pratiques physiques, digitales et interactives. L’aboutissement du processus est la corrélation entre le sonore et le visuel.
Elle rencontre en 2016 la metteur en scène Françoise Berlanger, et s’occupe de toute la création vidéo pour son théâtre musical IWONA, Une Opérette électronique.
Début 2019, elle intègre l’équipe de Les Lianes avec Daya Hallé et Caroline Daish, une pièce écrite et mise en scène par Françoise Berlanger. En Octobre 2020, le théâtre La Balsamine accueille Les Lianes pour une résidence d’un mois et demi.

Facebook Twitter Partager