Tusitala / Frémok, 2020

Antoine Boute, Stéphane de Groef, Adrien Herda | VERSION AUGMENTÉE

Manuel de civilité biohardcore

Tusitala / Frémok, 2020

Antoine Boute vit à Tervuren en Belgique. Poète et performeur, il triture et mastique les sons et les mots et enseigne à l’École de Recherche Graphique et à l’ESA Saint Luc à Bruxelles. Pour ce Manuel de civilité biohardcore, projet hybride à la lisière de la bandedessinée, de la poésie expérimentale et du tutoriel loufoque, il s’est entouré du graphiste bruxellois Stéphane de Groef, qui a réalisé un précieux travail typographique pour l’ouvrage, et d’Adrien Herda, dessinateur tout terrain qui manie avec brio le crayon de couleur pour l’occasion.

A travers ce Manuel, les trois complices se prêtent au jeu du détournement de la didactique des planches éducatives – dont les injonctions se parent parfois de couleurs vives et naïves – et « retourn[ent] contre la catastrophe ambiante ses armes les plus perverses », comme l’indique l’un des éditeurs. Les fast food, les grands centres commerciaux ou encore le règne de la voiture vont ainsi devenir autant de leviers paradoxaux pour contrer le désastre en cours.

Car c’est bel et bien sur les ruines et les déchets du capitalisme qu’Antoine Boute propose d’inventer d’autres formes de vie, à rebours d’une recherche de pureté. L’absurdité foutraque de chacune des situations prescrites répond à l’absurdité tragique du néolibéralisme contemporain et de sa passion pour la destruction. Joyeusement désespéré, cet ouvrage propose un imaginaire écolo déglingué et désopilant qui échappe à tout moralisme. Parfaitement incivil et biohardcore.

Avec le soutien du Centre Wallonie-Bruxelles, Antoine Boute a présenté en septembre 2020 une performance intitulée « Opération biohardcore » lors du festival Extra au Centre Pompidou. L’année 2021 promet d’autres folles collaborations avec cet artiste protéiforme.

01 janvier 2019 > 30 mai 2021
Facebook Twitter Partager