Sandrine Morgante

Wardine Say Momma Beat / You Know What I’m Saying

Sandrine Morgante

Dans le cadre du 46 digital, la plasticienne bruxelloise Sandrine Morgante exposera à partir de fin mai ses deux installations Wardine Say Momma Beat et You Know What I’m Saying, projections d’une animation numérique sonore et interactive.

L’artiste mêle les outils digitaux à la pratique du dessin, avec l’intention de questionner les notions d’automatisation, génération, hasard, répétition, visualisation et stockage de données, sous le prisme de l’humour, du drame et de la poésie.

Ces animations numériques calculent en continu l’apparition du texte calqué sur la lecture. Les quatre mots sélectionnés se colorent, et pour chacun, un trait est tiré vers son mot correspondant réécrit à la main dans les marges du texte. Ces liens colorés bougent et réagissent au son de l’enregistrement, mais aussi de l’environnement où il se trouve grâce à un micro intégré à l’ordinateur.

L’émotion n’est pas jouée, elle est induite de force par le texte. Les mots, reliés et puis isolés, suggèrent les variantes de sens du texte, de même qu’ils proposent une réduction vers un seul slogan, un cri, un appel... Les courbes animées par le son évoquent l’organe de la parole.

Wardine Say Momma Beat (ou Wardine) 2016
Projection animation numérique interactive (logiciel Processing sur stick USB Asus) sur dessin (crayon et feutre)

You Know What I’m Saying (ou Mikey) 2017
Projection animation numérique interactive (logiciel Processing sur stick USB Asus) sur dessin (crayon et feutre)

Avec le soutien de la Commission des Arts Numériques de la Fédération Wallonie Bruxelles et de iMAL, Center for digital cultures and technology /Bruxelles.

28 mai > 06 juillet 2019

Horaires : Tous les jeudis de 13h à 18h et les soirs de manifestations à partir de 19h.

Salle du foyer
46 rue Quincampoix
75004 Paris
Sandrine Morgante

Après des études en arts visuels à la Cambre, elle expose en Belgique et à Glasgow, où elle expérimente l’écriture critique lors d’un festival de performances. Elle enseigne le dessin comme assistante pendant 6 ans. Dans sa pratique l’intérêt pour l’expression parlée et l’écriture se formalise via l’exploration obsessionnelle d’une lettre gribouillée d’un amant, puis via l’analyse du roman Infinite Jest. Et enfin, dernièrement, la visualisation d’une conversation sur les religions est un moyen d’aborder l’écriture comme fixation et circulation des idées, et la parole comme confrontation directe de ces idées.

Facebook Twitter Partager