Autoportrait - Mon livre d'heures, 1919

Soirée autour de Frans Masereel

Trois T pour Télérama, « A (re)découvrir d’urgence ! »

Une soirée de rencontre et de projection dédiée à ce graveur belge,  considéré comme l’inventeur du roman graphique sans paroles moderne et qui aura marqué les esprits avec ses œuvres engagées en noir et blanc.

 

Rencontre avec Martin de Halleux, éditeur, et Lola Lafon, romancière

Les éditions Martin de Halleux publient cet automne deux livres majeurs sur l’artiste : Idée et L’empreinte du monde.
Préfacé par Lola Lafon et présenté par Samuel Dégardin, Idée est un roman graphique qui raconte en 83 images la vie d’une idée. Celle-ci prend la forme d’une femme est rebelle et subversive qui ne laisse jamais indifférent. Elle ira jusqu’à se reproduire en se jetant entre les cylindres d’une presse d’imprimerie pour répandre un peu plus encore le doute et la liberté au cœur d’une société injuste et violente.

L’Empreinte du monde est la monographie consacrée à l’artiste la plus importante encore jamais publiée. Certaines des gravures reproduites dans cet ouvrage font partie du patrimoine de l’histoire de l’art. D’autres n’ont encore jamais été publiées ni exposées à ce jour. Elles ont été retrouvées dans des fonds muséaux ou privés à travers toute l’Europe.
Préface d’Eric Drooker, avec les contributions de Samuel Dégardin et Joris van Parys.

Suivie de la

Projection de Les Mains libres de Jérôme Laffont, en sa présence
(2018 – Belgique/France – 1h17 – coul et N/B)

Frans Masereel est l’une des figures artistiques belges les plus passionnantes du 20ème siècle. Son œuvre, essentiellement composée de gravures en noir et blanc, est un cri de révolte contre les tragédies de son temps. Contraint à un exil forcé en raison de ses convictions pacifistes, il incarna aux côtés d’écrivains comme Stefan Zweig et Romain Rolland, le rêve d’une Europe culturelle et fraternelle.

A travers une correspondance imaginaire adressée à l’artiste, le film esquisse le portrait d’un homme libre qui, sa vie durant, tenta de s’affranchir des marchands d’Art pour mettre sa création entre toutes les mains.

Dans le cadre du  Mois du film documentaire 2018

 

Générique

Image : Johan Legraie. Son : Cosmas Antoniadis, Johann Gretke. Montage : Joachim Thôme. Montage son : Magali Schuerman

Production

Les Productions du Verger, Michigan Film, Supermouche Productions,  CBA,  RTBF et Vosges Télévision. Avec l’aide du CCA, du VAF,  du CNC, de la VRT, de la ville de Gand, de la Procirep-Angoa et de la Région Grand Est, en partenariat avec le CNC. En partenariat avec l'AMSAB-Isg, Cypres et la Fondation Frans Masereel (Sarrebruck).
 

06 novembre 2018 19:00
Salle de cinéma
46 rue Quincampoix
75004 Paris

Entrée libre

Facebook Twitter Partager