Peyo, 1964 © Peyo - 2018 Lic. I.M.P.S. (Brussels) www.smurf.com

L’art de Peyo

CONFÉRENCE

Hugues Dayez, José Grandmont et François Walthéry mettront en lumière le talent de dessinateur de Pierre Culliford, alias Peyo, qui a marqué l’âge d’or de la bande dessinée franco-belge.

« La qualité d’un dessin de Peyo ? Tu mets sa planche au mur, tu recules de cinq mètres, tu vois très bien ce qui s’y passe. C’est un don: il sait dessiner clair ! » analysait André Franquin. Alors que Peyo lui-même n’hésitait pas à sous-estimer son propre travail, se définissant comme un « pénible du dessin », il faut bien se rendre à l’évidence: le père des Schtroumpfs a fait école. La rondeur de son trait, son sens des volumes, la clarté de son découpage… Toutes ces qualités ont fait de ses albums des grands classiques de la BD.

Auteur lent et débordé par son succès, Pierre Culliford a dû, assez tôt dans sa carrière, faire appel à des assistants qui travaillaient à ses côtés, au coeur de sa maison d’Uccle, dans la banlieue verte de Bruxelles. Pour évoquer son art et ses méthodes de travail, Hugues Dayez et José Grandmont, commissaires de l’exposition, débattront en compagnie de François Walthéry qui regorge d’anecdotes pour évoquer la genèse de certains livres mythiques de Peyo et la naissance de personnages comme Benoît Brisefer (dont il dessina quatre albums). Une évocation qui promet d’être passionnante. 

Arrivé chez Peyo à l’âge de 17 ans à peine, en 1963, François Walthéry restera aux côtés du père des Schtroumpfs pendant une décennie. Il volera ensuite de ses propres ailes pour créer Natacha, hôtesse de l’air. 
 

  >> Prenez vos places !  

 

14 juin 2018 20:00

Entrée libre

Salle de spectacle
46 rue Quincampoix
75004 Paris
Facebook Twitter Partager