DR

LABO_DEMO#21

« FERMÉ 24/24_7/7 » entrée libre

Centre Wallonie-Bruxelles | Paris - École de recherche graphique-ERG (Bruxelles) -  Villa Arson (Nice)

OCCUPANT.E.S : 

1nd3x - Adélie Moye - Adler Murada - Alice Dutertre  - Amandine Benintendi - Asuka Takagi - Attandi Trawalley - Benjamin Huynh - Colin Roustan - Corentin Gaillardin - Elias Jenkins  - Ergote Radio – ERGTV - Gilles Hellemans - Hugo Boutry - Jueon Woo - Laura Nataf  - Laure Champeau - Lena Bruyère - Léonore Chastagner - Loïs Soleil - Lucien Wampfler  - Maelle Chabrillat  - Marie Béney  - Marion Courtois-Tschirhardt  - Marius Escande  - Martin Campillo  - Mathilde Séguis - Mohsen Moghadasi  - Murphy Seonyeong Yum - Nicolas Dau  - Oscar Mathieu - Pierre Moretti  - Pierre-Jo - Raphael Meau - Samuel Cordat  - Sarah Hillouz - Siméon Droulers -  Sophia Hamdouch  Thiaba Diop Egutchi - Wanda Reynier - William Reidiboym   - Zéphir Moreels    


Commissariat : Yann Chevalier

La pensée doit être anticipatrice, exceptionnelle et à la marge – l’ombre projetée des événements futurs. (...) Chiffrer, non déchiffrer. Travailler l’illusion.
Faire illusion, pour faire événement. Rendre énigmatique ce qui est trop clair, inintelligible ce qui n’est que trop intelligible, illisible l’événement même. (...)
Pensée virale, délétère, corruptrice de sens, complice d’une perception érotique du trouble de la réalité.

Jean Baudrillard


Alors que depuis des mois déjà, les lieux d’art et de culture demeurent fermés mais ceux de culte et ceux reflétant le culte et l’impératif catégorique contemporain du négoce demeurent ouverts, le dispositif du Centre nommé LABO_DEMO se mute en terrain d’occupation– en zone autonome temporaire - investi par quelque 40 étudiant.e.s de deux écoles supérieure d’art , respectivement belge et française. 
 

Convoqué autour d’un dispositif - qui comme tout ceux portés par le Centre n’avait aucune prétention à la sanctuarisation - rapidement il fut décidé de le concrétiser autrement que sous l’ambition d’une exposition collective supposément présenter les « chefs d’œuvres » des étudiant.e.s se distinguant le plus sous ce modèle itérant une vision du génie artistique. Le refus de l’élection fut au cœur de la constitution de ce projet comme celui de l’arrêter à un temps donné.  Yann Chevalier, actuel Directeur du Confort Moderne est l’invité complice de cette laboratoire. 


Notre îlot déterritorialisé sera donc investi par un projet - irréductible à un dénominateur commun - ouvrant à un instant t dans une forme située destinée à évoluer l’espace des trois semaines d’occupation à la faveur desquelles des performances, des activations d’installations, des temps de négoce, d’échanges… seront déployés.
 

Comment supplanter la pensée de l’unité par une pensée de la multiplicité ?

La Saison 2021 nommée S.Fractale_Vision Parallaxe du Centre emprunte les idiomes de modélisations mathématiques et son intitulé atteste délibérément de sa valeur modale ce ces temps où tout mute. 
 

Cette saison se veut résolument non linéaire, turbulente. Elle entend puiser sa force de ce qui semble faire défaut : l’ordonnancement et la complétude. Cette saison est paramétrée par la valeur heuristique du désordre, du syncrétisme et la dynamique de la théorie du chaos contre le statisme et l’unité conceptuel. 
 

L’art en ce présent liquide m’apparait comme une pratique paradigmatique de la dé-coïncidence, de la fertile désassignation. « L’éthique de l’art » - agentive - me semble constituer une rupture avec l’implacable logique et l’inéluctabilité supposée de « l’ordre des choses », c’est une parallaxe, une dénormalisation qui déssentialise et reclassifie.
 

Le Centre ne se revendique pas comme un lieu de paroles légitimes, universelles, à vocation à être transmises ou canoniser. Il n’est le baromètre ni du bon, ni du noble goût, mais un territoire de jonction, de flux, où cohabitent de visions et points de vue singuliers qui amènent à profiler des futures probables. Un LABO d’anatomie de notre époque, un lieu de culture et d’art.

 

La complexité devient notre règle et non notre exception. L’étude des systèmes dynamiques qui accorde au chaos une valeur heuristique majeure, se mue en notre horizon dans ce monde fascinant, a-téléologique.
 

C’est désormais autour des thèmes de la stabilité et de l’instabilité que s’organisent nos descriptions du monde, et non autour de l’opposition entre hasard et nécessité. 
Isabelle Stengers – Ilia Prigogine 

27 mai > 16 juin 2021

Finissage le 16 juin 2021 à partir de 17h
Réservation conseillée.
 

Entrée libre.

Jauge limitée.

Salle d'exposition
127-129 rue Saint-Martin
75004 Paris
Facebook Twitter Partager

Voir aussi