(((INTERFERENCE_S)))
Christian Sebille

Paysage de propagations #3 - Philippe Foch & Christian Sebille

#PERFORMANCES

Lors des deux années en résidence au CIRVA (Centre International de Recherche - Verre et Art) pour développer des pièces soufflées dédiées à la recherche sonore, Christian Sebille n’a pas manqué de profiter de sa complicité avec le percussionniste Philippe Foch. Ils ont engagé ensemble une recherche autour de la résonance des pièces en verre. Les ateliers pendant lesquels ils ont dompté ces instruments inouïs a finalement donner lieu à l’idée d'une performance dans le cycle des Paysages de propagations. Philippe Foch use de sa dextérité gestuelle et de sa sensualité pour extraire des sons inouïs, pendant que Christian Sebille s’empare de la matière sonore pour la transformer dans le temps du jeu et la restituer. Un duo d'improvisation électronique et acoustique qui s’appuie sur la poétique des objets pour prolonger la trajectoire des souffles cristallisés des artistes verriers et créer une petite cosmologie sonore dérisoire et vivante.

Philippe Foch - percussions en verre 
Christian Sebille - transformation temps réel

08 juillet 2021 20:00

Entrée libre.
 

Réservation conseillée.

Salle d'exposition
127-129 rue Saint-Martin
75004 Paris
Christian Sebille

Né en 1963 à Epernay, Christian Sebille est compositeur et directeur artistique du GMEM de Marseille. Dès 1983, il se consacre à la musique électroacoustique qu’il étudie avec Jean Schwartz (Conservatoire de Gennevilliers) et Philippe Prévost (Ircam-Centre Pompidou). Sa recherche se tourne naturellement dès 1987 vers les musiques mixtes auxquelles il s’exerce au sein de la Muse en Circuit avec Luc Ferrari. En 1993 à Reims, il fonde Césaré, qui deviendra en 2006 Centre national de création musicale, favorisant une recherche sur la diversité et sur les formes nouvelles de (re)présentation de la création musicale. En 2011, il est nommé à la direction du GMEM, Centre national de création musicale de Marseille.
 

Son catalogue compte plus de soixante œuvres vocales, instrumentales, électroacoustiques et mixtes dont un opéra de chambre (L’alleluiah – Georges Bataille – commande d’État), de nombreuses pièces dédiées au théâtre ou à la chorégraphie (Jean Deloche, Nadège Macleay, Emmanuelle Huynh…). En 2002, une commande de l’Opéra de Limoge pour orchestre, chœur, trois percussions, guitare électrique et trois voix servira un opéra- chorégraphié de Nieke Swennen. De 1999 à 2013, il réalise un large cycle d’installations musicales (Les miniatures) dont la onzième, commandée par la Ville de Dijon, est particulièrement ambitieuse. La treizième et dernière a été commandée par les Monuments Nationaux et conçue pour le château d’If de Marseille.
 

Ses recherches sont essentiellement dirigées vers la notion d’espace et de mouvement. Il aime se confronter aux autres disciplines. Il collabore avec de nombreux artistes venant d’autres champs artistiques, notamment avec Francisco Ruiz De Infante (plasticien vidéaste). Christian Sebille développe une lutherie informatique qui lui permet de s’investir dans le champ de l’improvisation aussi bien en France qu’à l’étranger (Alex Grillo, Didier Petit, Sylvain Kassap, Pablo Cueco, Philippe Foch, Matt Bourne, Chris Sharkey, Christophe de Bezanac, Jean-Marc Montera…). Il a réalisé en 2019 les musiques pour l’exposition Trouble fête de Macha Makeïeff. Également, il participe à la constitution d’un corpus expérimental avec des musiciens provenant des pratiques orales et traditionnelles, dont le trio Ici et d’après avec Miquèu Montanaro et Jean-François Vrod est issu.
 

EN 2021, il présente une série d’œuvres sous forme d’installation, de performance et de concert. La base sonore provient de la réalisation de pièces en verre conçues et soufflées au Cirva (Centre international de recherche sur le verre et les arts plastiques), à Marseille, tout au long de sa résidence qu’il a débuté en 2018.

Philippe Foch

Mû par un désir vivace de rencontre et d’exploration, qui non seulement ne s’émousse pas mais semble au contraire s’aiguiser à mesure que le temps passe, Philippe Foch, batteur de formation, gravite depuis 30 ans à l’intérieur d’un territoire sonore intensément mouvant et, rétif à toute forme de routine ou de statu quo, ne cesse de remettre en jeu ses acquis et de réinventer son langage musical. Ce langage, dont un riche attirail percussif constitue le cœur battant, frappe d’emblée par sa tonicité rythmique et par sa vitalité
organique : un langage ruminé longuement mais tout entier jaillissant dans l’ici et maintenant.


Jerome Provencal, Mouvement

Facebook Twitter Partager